Conférence sur la pierre d'Is-sur-Tille

Ce soir du 18 novembre 2022, une soixantaine de personnes étaient présentes pour suivre la conférence de René Perrat sur la pierre d'Is-sur-Tille.
Cette recherche avait comme source les travaux du professeur Rat, venu plusieurs fois dans notre ville étudier les anciennes carrières et, en novembre 2001, pour présenter son travail... et tordre le cou à quelques idées fausses, rappelées par René Perrat ce soir.
Car il est faux de dire, par exemple, que la ville de Dijon a été largement construite avec la pierre d'Is-sur-Tille, comme l'ont écrit de nombreux guides touristiques à la suite des affirmations de Courtépée, grand historien de la Bourgogne au XVIIe siècle.
Pourtant, la pierre d'Is-sur-Tille est bien présente en de multiples lieux à Dijon, dans des colonnades, des bases de mur, des escaliers, des margelles de puits et dans des balustrades, comme celle qui orne le sommet des bâtiments en demi-cercle de la place de la Libération.
René Perrat a d'abord situé la pierre d'Is-sur-Tille dans la classification habituelle des roches. Il s'agit d'une roche calcaire, d'origine sédimentaire, relativement facile à exploiter à Is-sur-Tille dans un gisement d'une quinzaine de mètres de hauteur, dont une partie enfouie dans le sol. Les qualités de cette pierre ont fait sa fortune : de couleur blanche (mais qui vire au gris avec l'âge), non gélive, non sensible à l'eau, facile à travailler, même pour des œuvres sculptées. Avant traitement, elle présente un grain rugueux au toucher, fait de multiples composants minéraux, débris et coquillages de très petite taille.
A Is-sur-Tille, la pierre d'Is est présente entre autres dans les soubassements de l'église Saint-Léger, dans le monument aux morts, dans la façade de l'hôtel le Compasseur de Courtivron et dans les angles de la gare ferroviaire. Parmi les plus belles réalisations en pierre d'Is-sur-Tille toujours visibles à Dijon, on peut citer les lions qui ornaient jadis le pont de l'hôpital, dont il reste un exemple aujourd'hui devant la Cité de la gastonomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *